Foursquare, à quoi tu sers? (à rien?)

Foursquare, à quoi tu sers? (à rien?)

J’ai lu un peu sur Foursquare, mais pas trop. J’ai fais quelques check-in, mais pas trop. Je comprends l’intérêt du service, mais pas trop. En fait en écrivant les prochaines lignes, j’espère secrètement (ça doit être mon penchant maso) que d’une voix unie vous me prouverez que j’ai tort. J’espère, mais pas trop.

Inutile de me lancer dans un paragraphe sur le qui-que-quoi-dont-où de Foursquare, c’est déjà fait de bien belle manière chez Olivier, Gregory, Emmanuel et un manifeste de la géolocalisation est en route chez Christophe

Alors ok…

Ok, Foursquare peut avoir un intérêt pour les commerces. A l’heure du marketing mobile, de proximité et de l’engagement marketing, le service tombe à pic. Je peux faire venir le chalant (2.0) avec une offre promotionnelle, lui faire des recommandations en fonction de sa position géographique, et je peux aussi récompenser la fidélité de mes clients Foursquare avec des offres spéciales. Bonne idée. Deuxième aveux (on s’arrêtera là, ça fait mal). Oui, je comprends que Foursquare peut devenir un bon outil de recommandation, basé sur la confiance en l’avis de ses amis, de sa communauté.

Mais voilà…

Le voici, ce paragraphe que je regretterai peut-être dans quelques mois, quand Foursquare sera devenu comme certains le prédisent LE successeur de Facebook et Twitter. Ce paragraphe qui fera que les gens me riront au visage dans la rue. Ce paragraphe que peut-être je regretterai chaque jours un peu plus jusqu’à ce que, rempli de honte, je le supprime un soir d’hiver en espérant passer inaperçu. Bref, tant pis, j’assume, et voilà pourquoi je reste, pour l’instant, sceptique:

  • Ce qui me fait sourire (quoi que…), c’est l’inutilité de nombreux check-in. Pas seulement ceux des curieux testant le service, mais surtout ceux des power users de Twitter qui s’insurgent contre les tweets sans valeur ajoutée des tweeps qui racontent leur vie en 140 caractères. Ce sont pourtant les mêmes qui aujourd’hui remplissent leur timeline de « Je suis à la station de métro xxx », « je suis chez le médecin », « je suis au supermarché xxx »… Désolé, mais je n’ai pas plus d’intérêt à te savoir au métro que de savoir que tu es en train de te régaler avec tes pâtes. Je félicite au passage du fond de mon coeur tous les Maires des stations de métro…
  • Les badges, Foursquare ne pouvait pas passer à côté. Ils apportent l’aspect ludique au service, qui est d’ailleurs présenté par beaucoup comme un jeu plus que comme un service. Alors là, c’est très subjectif, et je ne l’ai peut-être pas assez utilisé pour être piqué au jeu, mais la course aux badges ne m’intéresse vraiment pas. D’autant plus que je peux accumuler tous les badges que je veux assis dans mon canapé si, justement, je ne joue pas le jeu… Comme l’a fait Jim Bumgardner qui se rêvait en Maire du pôle Nord, et qui finalement confesse sa tricherie dans les colonnes du blog du Los Angeles Times: Confessions of a Foursquare cheater.
  • Dans mon article STP arrête Twitter si… j’écrivais que cétait triste de tweeter « toutes les 5 minutes que tu es à une super soirée, que là tout de suite tu parles avec @chuck et @norris. Si c’est le cas, c’est que ta super soirée se passe sans toi« . J’ai avec tous ces check-in (Surtout ceux sans commentaires, ou je n’indique rien d’autre que ma position. Peut-être aussi parce que les commerces valorisant les check-in sont encore trop peu nombreux.) la même impression. Ce sentiment que faire un check-in, c’est prouver au monde, et se prouver à soit, qu’on à une vie? Quel intérêt? Me prouver que tu es cool car tu es encore dans un de ces bars branchés? Que tu es bien au travail un jour de semaine? Je n’y trouve aucun intérêt, sauf peut-être si je prévois de te cambrioler.
  • Toujours dans l’esprit du jeu, certains se sont lancés dans une course au leaderboard. Ils sont quelques-uns à se battre pour y figurer, vous les reconnaitrez vite ils font des check-in toutes les 18 minutes de chez eux. Une fois de plus, cela n’a aucun intérêt pour moi, et ne me donne surtout pas l’envie de me mêler à la compétition…
  • Foursquare est la carte de fidélité de demain? Je n’y crois pas une seconde, même si le service à un vrai pouvoir de fidélisation. Déjà, il faudrait que Foursquare soit grand public, et ce n’est pas demain que ce sera le cas. Ensuite, cela sous-entendrait une confiance total dans ses clients puisqu’il n’y a pour l’instant aucune possibilité de valider la véracité d’un check-in: inimaginable! Ensuite, il y a la lourdeur du processus, entre l’obligation de posséder un smartphone et de faire manuellement ses check-in. Foursquare comme carte de fidélité? En 2050, peut-être…
  • Oui, dans le premier paragraphe, je confesse que Foursquare peut devenir un vrai outil de recommandation. Son point fort est que les avis qu’on vous donnent viennent de vos amis, de votre entourage, de votre communauté. Des avis dans lesquels vous pouvez donc avoir confiance (on sait que bien des avis sur le web sont bidonnés). Reste que si je veux une vraie recommandation, complète, je n’irai pas la chercher sur Foursquare, mais sur un site spécialisé. Un site où j’aurais accès à des avis rédigés, à des notes par catégories, à des menus ou autres infos détaillées…

Conclusion

Foursquare offre une belle complémentarité à Twitter, un outil de géolocalisation bien pensé et certainement prometteur. Je pense tout de même que son utilisation tient plus de l’aura dont il bénéficie auprès des influenceurs, plutôt que d’un réél intérêt. Je ne suis en rien un spécialiste du marketing mobile, je passe peut-être à côté d’une évidence, mais même si je reconnais qu’il y a de l’idée dans Foursquare, je le trouve pour l’instant bien trop restreint en possibilités. Peut-être parce qu’il me faut un peu de temps pour rentrer dans le jeu, peut-être parce que ma communauté n’y est pas encore assez large (n’hésitez d’ailleurs pas à m’ajouter à vos amis). On disait la même chose de Twitter? Peut-être, mais la force de Twitter est qu’il laisse l’internaute modeler le service en fonction de ses besoins et envies. Foursquare, lui, ne me laisse pas grande possibilité. Alors je continuerai à faire quelques check-in, à surveiller de près les améliorations et nouveautés. Quoi qu’il en soit, à la question « Foursquare, à quoi tu sers? », je réponds: à pas grand chose (du moins pas à autant qu’on pourrait le croire)… pour l’instant.

No related posts.



Tags Posté sous Réseaux Sociaux by Elie_P

6 Commentaires. Et le vôtre?


Prenez la parole!

Name Votre message:
Email Site Web [NoFollow Free, c'est cadeau] * Je sais que vous avez quelque chose à dire

Comments links could be nofollow free.